CARTE BLANCHE AU THÉÂTRE RÉGIONAL DE BÉJAÏA


Mohia, Djaout et Mammeri revisités

Mohia, Djaout et Mammeri revisitésl’ouverture de la semaine consacrée au TR de Béjaïa s’est faite avec un monologue écrit par l’illustre dramaturge mort en 2004 à Paris, Mohia.

Ce n’est que dans le monde des rêves qu’il est plus possible de distinguer la frontière entre la vie et la mort. C’est justement dans ce monde là que se déroule le monologue de Mohia, Ugray mmutay, (J’ai rêvé que j’étais mort).
Adapté et interprété par Sami Allam, il a été présenté, avant-hier, sur les planches du Théâtre national d’Alger, Mahieddine-Bachtarzi.

Ugray mmutay raconte l’histoire d’un homme qui s’est endormi dans un bar, devant une table de jeu, et a rêvé de sa propre mort survenue lors d’un accident de la route. Mais même mort, cet homme sera toujours capable de percevoir le monde alentour, de constater, d’analyser et d’éprouver des passions.
«C’est étrange! même après mort, le cerveau fonctionne toujours», s’étonnera-t-il. Il commence, dès lors, à se souvenir et à raconter son enfance, les années passées sur les bancs de l’école et puis son départ pour la France. Avec Ugray mmutay, Mohia nous fait pénétrer, imprudemment, dans le monde des morts. Après avoir présenté, hier, une pièce pour enfant, La vraie force, écrite par Hacène Mellani et mise en scène par Tassadit Remila, le Théâtre régional de Béjaïa propose aujourd’hui aux spectateurs Le Foehn.

Cette troisième production programmée par le TR de Béjaïa est une adaptation d’une oeuvre de Mouloud Mammeri. L’histoire se situe dans l’Algérie des années cinquante et plus précisément lors de la Bataille d’Alger en 1957. Mise en scène par Djamel Abdelli et interprétée entre autres par: Sami Allam, Belkacem Kaoua, Nesrine Aïtout, cette pièce raconte l’histoire de Tarik, un jeune combattant algérien, qui s’apprête à commettre un attentat contre un commandant de l’armé française. Il échoue dans sa mission et se fait arrêter.
Accusé par les uns et défendu par les autres, il sera finalement condamné à mort.

La quatrième pièce au programme est Wouhouche.com.
Signée par Omar Fetmouche, le directeur du TR de Béjaïa, cette tragi-comédie a déjà été présentée à la salle El Mougar au cours du Festival panafricain en 2009.

La cinquième et dernière production programmée au cours de cette semaine consacrée au TR de Béjaïa sera Les Vigiles. Il s’agit d’une adaptation du roman de l’écrivain et journaliste assassiné, Tahar Djaout.
La mise en scène est également signée par Omar Fetmouche.
Cette pièce a été présentée au Théâtre national algérien lors du Festival national du théâtre professionnel à Alger, l’année dernière, et a reçu plusieurs prix, notamment celui de la meilleure pièce de théâtre...

L'Expression

Agenda

September 2022
M T W T F S S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2