El Bandi a “volé” le cœur d’Alger

Concert de Cheikh Sidi Bémol au théâtre de Verdure avant-hier soir

La Depeche de Kabylie 09/07/2008 El Bandi a “volé” le cœur d’Alger

Tout simplement fantastique fut le gala donné, avant-hier soir par le rockeur Cheikh Sidi Bémol au Complexe Laâdi Flici du théâtre de Verdure. Avec une barbe mi-grisonnante, le Cheikh a fait son apparition sous les ovations d’un public qu’il a laissé il y a belle lurette ou qu’il n’a pas connu, du moins, jusqu’avant-hier soir.

Composé dans sa majorité de jeunes filles et de jeunes garçons, le Cheikh était émerveillé par ces centaines de jeunes qui reprenaient pratiquement tout son répertoire en chœur, sans pour autant omettre de rappeler qu’ils avaient envie et surtout besoin de rencontrer leur idole.

C’est avec la chanson " Yal Ass A rebbi " que, Elho, pour les intimes a donné le coup de starter à un gala tant attendu. Juste après son apparition sur la scène " bariolée " du théâtre de Verdure, une procession humaine avance droit vers la scène pour ne pas la quitter deux heures durant. Vibrant avec sa musique baptisée " Gourbi rock " tous les présents, le Cheikh, plein de vivacité et d’humour, berçait le public avec la fraîcheur d’une musique métissée, réunissant à la fois, des styles purement algériens, conjugués à du blues chatoyant, un rock expressif et un celtique approprié. Sa musique qui n’a jamais cessé de puiser dans les sources musicales originelles, d’ou l’originalité atypique de l’artiste, se révèle, au grand jour, comme une autre source toujours féconde. Cheikh Sidi Bémol a certainement déçu les conformiste avant-hier soir. L’esplanade de théâtre de Verdure s’est pliée, le temps d’un concert, sous les rythmes d’une musique aimée par la jeunesse, sous la voix gutturale de Boukella Hocine. En nomade artistique, le Cheikh avait l’apparence d’un jeune à la vitalité insaisissable. Devant ses nombreux fans, venus se déhancher sous ces airs tantôt mélancoliques, tantôt chargés d’espoir, il eut du mal à se soustraire à cette quintessence qui fait ce lien si étroit, parfois même invisible, entre l’interprète et l’audimat. Dans cette communion que seuls les grands artistes savent instaurer, Hocine est passé maître. Tout au long de ce concert qui a duré le temps d’un plaisir, les mélomanes, heureux comme des enfants à la vue d’un arc-en-ciel, étaient fascinés par la scène qui dégageait des sons musicaux sublimes, des poèmes distingués, le tout, loin du tintamarre habituel, mais sur des bases d’une agitation connue à l’artiste et d’une contestation voluptueuse.

Sidi Bémol reconquiert la scène

Avec la chanson Qrrit ou Djibt E diplôme, Elho, décortique la situation d’une école livrée aux hérésies idéologiques, qui façonnèrent des années durant, l’image d’une école sinistrée. Contre ce brouhaha d’antipathie scolaire, Cheikh Sidi Bémol conseille l’amour comme remède aux maux d’une société prise entre les griffes d’un ordre aventureux.
Pour exprimer les amertumes d’une absence de la scène nationale, l’artiste ayant donné un seul gala à Tizi Ouzou, le Cheikh répétait à chaque début d’une chanson " Vous vous souvenez de celle-là ? ". Une manière pour l’auteur-compositeur de tâter un nouveau terrain reconquit grâce à la témérité d’un homme, la grandeur de son art.

El Bandi” subjugue le public

Sans conteste, la célèbre chanson El Bandi, reste, et restera sûrement, la quintessence de tout le répertoire de Cheikh Sidi Bémol. Alors qu’il entonnait ses refrains débordants d’humour défiant les réalités d’un peuple, Hocine Boukella en inventeur d’espoir, a su et a pu " voler " le cœur d’un public, visiblement, sevré par l’absence de ce genre de spectacles sortant d’un "ordinaire" voulu par l’officiel. On distinguait parmi le public, surtout des jeunes, mais aussi des quinquagénaires et même un groupe de jeunes chinois qui se sont déplacés pour goûter à la fraîcheur musicale de Cheikh Sidi Bémol. Après avoir passé en revue ses superbes mélodies mélancoliques, d’une douceur abyssale, le Cheikh a laissé place à de jeunes groupes qui sont venus lui prêter main forte dans sa reconquête du public. Ensuite, le Cheikh s’est donné cœur et âme à ses nouveaux titres enregistrés dans l’album Gourbi rock. Un titre originel qui renseigne sur ce style unique puisé d’un répertoire national replongé dans un univers musical mondial. Le concert de Cheikh Sidi Bémol d’avant-hier est une réussite incontestable. Encore une fois, le Cheikh a prouvé l’enracinement de son style dans la société. Il a rappelé, au-delà des frustrations de l’artiste et du public, que même la génération montante sait le comprendre. Cette génération l’a découvert et il n’a pas manqué de la chatouiller avec ses chansons. Hocine Boukella aime son public, il est venu partager un fort moment de honneur avec lui. Merci Cheikh !
 

par Mohamed Mouloudj

Agenda

November 2020
M T W T F S S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6