CENTENAIRE DE CHEIKH EL HASNAOUI


Un siècle de solitude

 CENTENAIRE DE CHEIKH EL HASNAOUI - Un siècle de solitudeDes décennies après la sortie de ses dernières chansons, des jeunes le découvrent avec curiosité et plaisir. Ses chansons sont intemporelles. Il les a composées avec sincérité et sensibilité. Tel est le secret de son immortalité.

Il est né un 23 juillet 1910 et décédé un 06 juillet 2002.

Il y a cent ans, l’un des maîtres incontestés de la chanson chaâbi a vu le jour dans un petit village kabyle.

Une vie douloureuse et solitaire

La vie de Cheikh El Hasnaoui ressemble à un roman de Dostoïevski. Plusieurs versions existent concernant le récit de la vie du Cheikh dont celle livrée par Lounès Kheloui dans son témoignage ci-après. Mais le point commun de toutes les versions, c’est qu’elles convergent en raison du fait que la vie du Cheikh n’était que vicissitudes. D’ailleurs, un artiste aussi talentueux n’aurait pas existé sans ces afflictions. Le vrai nom de Cheikh El Hasnaoui est Khellouat Mohamed. Son pseudonyme ou nom d’artiste est inspiré du nom de son village Ihesnawen. Il vit sa première enfance en l’absence de ses deux parents, sa mère étant décédée juste après sa naissance selon une version ou bien quelque temps plus tard d’après d’autres sources ayant travaillé sur la vie du cheikh. C’est dans la ville d’Alger qu’il côtoie les artistes du chaabi. Il se frottera au grand El Hadj Mhamed El Anka et Cheikh Nador. Très vite, il apprend les rudiments de cet art. Il est riche de sa capacité à chanter avec le même talent dans les deux langues, kabyle et arabe. Dès le départ, il se produit à Alger dans plusieurs soirées. La dernière fois qu’il mit les pieds en Kabylie, dans son village natal, c’était en 1936. A Paris, il aiguise davantage son talent et continue à se produire dans les cafés, où se rencontraient principalement les Kabyles à l’époque. Le 14 août 1948, il épouse une Française: Denise Marguerite Denis. En s’éloignant des grands centres urbains, El Hasnaoui a toujours cherché le calme pour y construire son havre de paix. El Hasnaoui s’est éteint le 6 juillet 2002, à l’âge de 92 ans. Il a été enterré à Saint-Pierre de la Réunion. Un jardin public y porte son nom. Il y est indiqué: «Cheikh El Hasnaoui, Maître de la chanson kabyle: Taâzibt 1910 - Saint-Pierre 2002». En Algérie, aucun endroit ne porte son nom, même pas dans son village natal.

Le village de sa naissance Taâzibt est situé à un jet de pierre de Tizi Ouzou. La vie n’est point facile dans ce hameau, comme partout dans l’Algérie de l’époque. Pour El Hasnaoui, ce sera encore pire. La vie ne l’a pas gâté. Ses déconvenues commencent bien avant sa naissance. Son vécu est une véritable tragédie. Malheur après malheur, El Hasnaoui est entré dans la vie par la vallée des larmes. Ce sont ces dernières qui feront naître chez cet homme libre un talent unique qui lui permettra de mettre en place un style musical propre à lui. Au moment où les autres chanteurs de l’époque écoutaient continuellement les chanteurs orientaux afin de s’en inspirer, El Hasnaoui, lui, crée son propre style. Des chansons courtes, des textes synthétiques où tout est dit avec esthétique et sans fioritures, additionnés à une voix au timbre exceptionnel.

El Hasnaoui est vite banni des médias lourds et même de la presse écrite. Dans un pays où un artiste libre n’a pas droit de cité, El Hasnaoui semble ne pas avoir de place. Mais cela n’empêche pas El Hasnaoui d’envoûter des milliers de fans aussi bien en Algérie que dans l’émigration.
El Hasnaoui a chanté sans tabou. Il est allé au fond de son âme pour puiser de sa douleur indicible une inspiration qui fera naître des chefs-d’oeuvre authentiques et non pas des pâles copies des chansons égyptiennes ou autres. Modeste et effacé, El Hasnaoui n’a jamais cherché à briller sous les feux de la rampe. Ni narcissique ni égocentrique, El Hasnaoui a évolué avec sérénité et modestie. Tout ce qu’il voulait dire, il le transmettait à travers ses chansons. Et quand il a senti qu’il avait tout dit, il a cessé de chanter. El Hasnaoui n’a donc pas fait de l’art un fonds de commerce, ni une béquille pour ouvrir droit à un statut social. El Hasnaoui a chanté pour l’art et pour dire ses maux. Point. Le côté mythique de sa vie et sa personnalité pétrie d’humilité ne sont sans doute pas étrangers à la stature de légende vivante qu’il a aujourd’hui aux côtés de Slimane Azem et de Matoub Lounès auprès de toute la population en Kabylie et même dans le reste de l’Algérie. El Hasnaoui aurait pu rentrer dans les rangs et servir le pouvoir de l’époque. Il lui aurait suffi d’un minimum de docilité pour voir les hommages et les chèques pleuvoir sur lui. Mais un artiste authentique pouvait-il prostituer son talent? El Hasnaoui a choisi à contre-coeur les voix de l’exil, non pas à cause d’une amourette comme certains l’ont si souvent ressassé, mais pour des raisons beaucoup plus profondes. Il est parti pour fuir les souvenirs d’une enfance des plus cruelles. Une enfance d’où aucune image, ni du père ni de la mère, ne rejaillissait. Il a fui la rudesse de la société kabyle où, si l’orphelin devait avoir une place, ce serait celle de l’humiliation permanente et de la privation même du besoin le plus élémentaire qu’est la nourriture. El Hasnaoui s’est réfugié dans ses chansons. C’était son seul exutoire.

Au fil des années, El Hasnaoui est devenu un maître. Plus qu’un maître mais une école pour les nouvelles générations d’artistes aussi talentueux que Matoub Lounès, Kamel Messaoudi et Lounès Kheloui sans oublier El Hasnaoui Amechtouh (le petit) et sans doute des centaines d’autres artistes moins connus. El Hasnaoui a aussi inspiré des auteurs qui ont consacré des mois, voire des années pour tenter de cerner l’oeuvre et la vie du Cheikh. Il aurait été illusoire de s’attendre à ce que le centenaire d’El Hasnaoui ne passe pas inaperçu même dans sa région natale Tizi, Ouzou. Des artistes comme El Hasnaoui, Slimane Azem et Matoub Lounès n’ont de place que dans le coeur de leurs fans qui se comptent par milliers. C’est le prix que les artistes libres et dignes paient. Mais l’honneur a-t-il un prix? El Hasnaoui ne pouvait pas faire exception à cette règle.

L'Expression

Lire aussi : TÉMOIGNAGE INÉDIT DU CHANTEUR LOUNÈS KHELOUI

Agenda

November 2020
M T W T F S S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6