Hommage à Benhanafi, les 25 et 26 septembre à Tizi Ouzou

Le poète qui avait vécu loin des projecteurs

Hommage à Benhanafi, les 25 et 26 septembre à Tizi OuzouUne exposition dédiée au poète disparu, des tables rondes et autres témoignages ainsi qu’un gala artistique sont au programme de ces deux journées commémoratives, dont les activités se déclineront à la maison de la culture Mouloud-Mammeri.

À l’initiative du cercle des amis du poète, un vibrant hommage sera rendu au poète Benhanafi, de son vrai nom Mohamed Aït Tahar, un personnage ayant marqué notre époque, tout en restant loin des projecteurs.

Révolutionnaire et poète, Benhanafi avait toujours vécu à l’ombre de la poésie, préférant la force des mots pour exprimer ses désirs les plus profonds. à l’occasion du premier anniversaire de sa triste disparition, survenue au printemps 2012, ses amis, qui étaient à ses côtés, notamment, à la radio nationale Chaîne II, ont décidé d’organiser un hommage de deux jours qui lui sera dédié les 25 et 26 septembre. à cet effet, les organisateurs ont, lors d’un point de presse tenu jeudi dernier à l’hôtel Lalla Khedidja de Tizi Ouzou, présenté leur programme qui sera composé d’une exposition par l’archiviste Sami, qui va retracer à travers des coupures de presse, des photos et autres documents le parcours de cet homme exceptionnel. L’ouverture de la manifestation est prévue à 9h30, à la maison de la     culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, lieu où se dérouleront les activités, puis un dépôt de gerbes de fleurs est prévu au village Ath Sidi Athmane, à Ath Ouacif (Tizi Ouzou), où repose désormais Benhanafi. Dans l’après-midi, une conférence-débat-témoignages autour de la vie du poète sera animée par Saïd Chemakh et Boualem Rabia. Au deuxième jour des activités, et exceptionnellement, des CD contenant des poèmes enregistrés par le barde d’Ath Sidi Athmane seront mis en vente. Un gala animé par de nombreux artistes est également au menu de cet hommage.

À rappeler que le défunt était l’auteur de plusieurs textes chantés par de grandes figures de la chanson kabyle, à l’image du célèbre compositeur Idir, Mouloud Habib, Chavha, Atmani, etc. Né en 1927, au village Sidi Athmane dans la région des Ath Ouacif, et décédé en mars 2012 à l’âge de 85 ans, Benhanafi a dès son jeune âge quitté les bancs de l’école pour s’installer à M’chedallah (ex-Maillot) où il exerce dans une épicerie.

En novembre 1954, le poète fut désigné comme commissaire de zone du secteur II, du département de Tiaret. à l’indépendance, il rentre à Alger pour entamer une carrière à la Radio nationale.
“Avec deux autres illustres figures de la radio, Mohamed Hilmi et Ahmed Imane, Benhanafi entame une carrière en présentant une émission sur la poésie ‘’Leqlam ajdid’’ (La nouvelle plume) et une émission enfantine ‘’Tibhirin dhijeguigen dwaman issemadhen, yesefrahen arrac imechtuhen’’ (Les jardins, les fleurs et l’eau fraîche qui rendent les enfants heureux)”, témoignent ses amis.

En 1997, Benhanafi décide de quitter la radio, avant de faire son retour en 2001, date à laquelle il animait une émission “Ghef yiri lkanun” (autour du feu), diffusée chaque vendredi de 23h à minuit. L’émission était réalisée par Ourida Sider depuis 2003 et qui, d’ailleurs, est l’une des organisatrices de cet hommage qui sera organisé à Tizi Ouzou.

Liberté