Hommage au grand savant algérien Saint Augustin

Bibliothèque nationale :
conférence-débat suivi d’un documentaire

  La Dépêche de Kabylie 27/11/2007 Hommage au grand savant algérien Saint Augustin

Le film-documentaire "Saint Augustin, fils de Thagaste et de Numidie" évoquant les origine et le parcours du grand savant, philosophe, théologien chrétien, évêque catholique d’Hippone, écrivain berbère d’expression latine de l’antiquité, aussi l’un des précieux pères de l’Eglise latine et l’un des 33 docteurs de l’église, a été projeté dimanche dernier à la salle Lakhdar de la Bibliothèque nationale d’El-Hamma.

 

Réalisé par l’auteur-cénariste Djedaiet Mohamed dans le cadre des activités culturelles programmées par la Bibliothèque nationale d’Alger.
Ce film-documentaire relate pendant près d'une heure (53 minutes) l'histoire du grand savant algérien Saint Augustin. Le réalisateur a voulu mettre la lumière sur cette grande personnalité qui est hélas ignorée dans son propre pays, tandis que les autres pays tel que l’Italie font des recherches approfondies sur cette légende immortelle.

À cet effet, le réalisateur de ce documentaire a voulu rendre un hommage à ce grand homme. " Je crois que c’est un honneur, un devoir de penser à ces grands hommes, dont Saint Augustin fait parti et que j’ai découvert à travers ses écrits les deux livres, " La Cité de Dieu " et " les confessions ", et que j’ai découvert que c’est un homme auquel il faudrait vraiment réfléchir et lui rendre un hommage à son envergure ", a déclaré le réalisateur tout en ajoutant que " l’idée de la réalisation de ce documentaire est venue durant la période où j’étais en Italie. Je dis bien et sans honte qu’à ce moment-là, j’étais vraiment dans le besoin, alors que des personnes étrangères que j’ai croisées à Rome m’ont aidé sans même me demander qui je suis et à quelle religion j’appartiens.
Ils m’ont ouvert les portes de la grande bibliothèque de Rome, laquelle contenait tous les renseignements sur cet illustre homme. J’avais tout devant moi, et c’est de là que je me suis rapproché de cette personnalité que j’ai découvert en lui.

Non seulement c’est un Algérien, mais c’est aussi un Numidien, un intellectuel, un homme qui a aimé la ville de Annaba et qui la défendue. Alors il est de notre devoir de le respecter." Outre, pour ce qui est du but de ce film, il a avoué : " Je voulais prouver à travers ce film que Saint augustin est algérien, Amazigh et qu’il cherchait la vérité deux siècle avant l’islam. "
Pour sa part, le directeur de la Bibliothèque nationale, M. Amin Zaoui, a révélé à ce sujet et lors de son allocution que " ce fils, de cette terre algérienne, était le symbole de la Méditerranée, mais aussi le symbole des deux rives : de Rome à Thagaste, à Annaba, (Bône).

Nous avons le plaisir, aujourd’hui de présenter ce film documentaire pour rapatrier le fils algérien qu’est Saint Augustin, sur lequel la nouvelle génération malheureusement ne sait rien, et cela, parce que il n’y a pas de documentation le concernant. Les livres racontant sa vie et son parcours ne sont pas disponibles en Algérie, que ce soit en langue française ou en langue arabe. “ Mais si vraiment nous voulons cultiver cette nouvelle génération de tolérance, de débat, d’écoute et d’échange, il faut mettre les livres parlant de Saint Augustin et plein d’autres savants à leur disposition. "
Quant au contenu du documentaire, il portait des témoignages de plusieurs personnalités algériennes spécialisées dans le domaine de l’archéologie et l’histoire, ainsi que des Pères d’églises en Italie et des docteurs qui ont bien témoigné de l’originalité de cette légende et célèbre homme qui n’est autre qu’algérienne.

Entre autres, il a donné un bref aperçu sur lui, sa naissance, sa vie, son parcours intellectuel, et qui était accompagné d’une musique mélancolique, de la musicienne " Sbiri Soraya " qui reflétait cette période-là. De plus il a même porté le témoignage du président de la République M. Abd El Aziz Boufeflika, lors de son discours en Italie en 1999, qui a bien détaillé la valeur de cet homme.

Enfin, il est à noter que ce documentaire a été produit par la télévision algérienne nz et qu’il va être reproduit en tant que téléfilm pour l’année 2008. Il est aussi disponible un roman écrit par le réalisateur de ce film, Mohamed Djedaiet.  

par Kafia Aït Allouache

Agenda

October 2021
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31