Le petit Omar

Stratège et fier

El Watan 08/10/2007

C’était un petit garçon qui avait grandi à La Casbah, c’était le neveu de Yacef Saâdi. Tout jeune déjà, il baignait dans le militantisme avec Messali qui était considéré comme un messie », raconte Zohra Drif.

Né en 1944, Yacef Omar vivait rue des Abderames. Il était éclaireur et agent de liaison et sa mission essentielle consistait à ouvrir la route aux femmes. « C’était un grand, il avait de l’autorité », précise Hamid Dali qui a activé un temps à La Casbah avant de monter au maquis où il a appris la mort du Petit Omar. « On se retrouvait au café Azzouz qui jouxte la rue des Abderames et c’est là que venait nous rejoindre le petit Omar s’il avait un message. Je me souviens d’une fois où il m’a dit que j’étais convoqué, et Alilou s’est levé avec moi. Le petit Omar, qui n’avait alors que 12 ans, lui a donné l’ordre de se rasseoir car j’étais le seul convoqué. Il menait le groupe et avait du caractère pour son jeune âge », poursuit Hamid Dali qui s’est déplacé pour la circonstance à La Casbah devant ce qui sera le dernier refuge des révolutionnaires. « ça restait un enfant de son âge, mignon, malicieux avec des jeux de gamin qui le faisaient disparaître quelques heures », décrit Zohra Drif. Pour jouer peut-être ?

Yacef Saâdi dans son livre La bataille d’Alger décrit son neveu : « Il est admirable. Il sort de la maison du 4, rue Caton par la voie aérienne des terrasses. A une trentaine de mètres à vol d’oiseau, il rejoint la rue d’Affreville, située dans son quartier natal (…). Son but en s’y rendant : recruter un jeune de son âge, plutôt dégourdi, brave et si possible sachant tenir sa langue. »
 

par Z. A. M.

Agenda

September 2021
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3