60 ANS APRÈS LE DÉCLENCHEMENT DE LA RÉVOLUTION DE NOVEMBRE

L'algérie face à elle-même
L'Algérie va fêter aujourd'hui les 60 ans du déclenchement de la révolution du 1er Novembre. Une date historique qui restera gravée à jamais dans les manuels scolaires et les livres d'histoire comme étant le premier soulèvement armé contre une puissance coloniale membre de l'Otan.

60 ANS APRÈS LE DÉCLENCHEMENT DE LA RÉVOLUTION DE NOVEMBRE
L'algérie face à elle-mêmeUne révolution qui est devenue au fil des années le symbole fort de la lutte contre la colonisation et l'oppression. L'Algérie a, à travers cette action mémorable, donné une leçon de résistance jamais égalée à ce jour contre une puissance armée occidentale.
Plus de cinquante ans après l'indépendance, l'Algérie continue à récolter le fruit de sa révolution. Une révolution qui a donné des ailes à d'autres pays colonisés dans le monde et qui a servi de modèle pour de nombreux mouvements de libération dans le monde, à l'image de l'ALC de Nelson Mandela en Afrique du Sud, du mouvement Feth en Palestine ou encore du Front Polisario au Sahara occidental. Contrairement à certains pays qui ont déclenché une lutte armée clandestine, l'Algérie qui possédait une élite intellectuelle francophone et arabe d'une grande envergure a réussi d'abord à construire sa révolution sur la base de l'organisation de tous les secteurs. Elle commença d'abord par la lutte armée en lançant le 1er Novembre 1954, les premières actions armées.
Cette nuit-là, une trentaine d'attentats visant des postes de police ou des casernes, symboles de la présence coloniale, ont fait sept morts.
De simples résistants civils, les moudjahidine se sont organisés après le Congrès de la Soummam en une Armée de libération (ALN) structurée bien équipée, armés par des pays soutenant notre cause de l'indépendance. L'Algérie ne se contentait pas de l'action armée, elle investit le terrain diplomatique, en créant le Gpra (Gouvernement provisoire de la Révolution algérienne), installé en exil. Ce dernier lutta dans les tribunes de l'ONU pour défendre la cause de libération de l'Algérie. Avec le Gpra et l'ALN, les Algériens avaient créé la première résistance armée et politique organisée. Avec la Fédération de France, elle a été la première nation arabe à exporter la lutte politique et parfois armée sur le territoire du pays colonisateur. Mais cela ne lui suffit pas pour se faire entendre devant des médias acquis à la cause du gouvernement français. Il fallait utiliser d'autres actions plus audacieuses, comme la création de la première équipe de football du FLN, composée des meilleurs joueurs de football algériens vivant en Europe et principalement en France et faire des tournois dans le monde pour faire entendre la voix de son pays colonisé. Le FLN venait de créer la première équipe de football à caractère politique.

Les Algériens ont tous adhéré au combat valeureux de notre glorieuse révolution.
Les politiques, les artistes, les sportifs, les cinéastes, les universitaires et les syndicalistes ont créé un front commun contre l'occupation et la colonisation. Aujourd'hui, 60 ans après, le combat pour l'indépendance de l'Algérie est devenu une référence pour de nombreux pays. Même des puissances militaires comme les Etats-Unis s'inspirent de la lutte armée algérienne durant la bataille d'Alger pour tenter de mettre fin à la lutte armée des Irakiens depuis la chute de Saddam Hussein. C'est essentiellement dans ce sens que le film La bataille d'Alger de Gillo Pentecorvo inspira les militaires américains pour lutter contre les attaques des éléments contre l'occupant à Baghdad. Grâce à son combat, l'Algérie représente plus de 50 ans après son indépendance, la réussite d'un pays qui se libéra au terme d'importants sacrifices. Plus de 1,5 million et demi de martyrs sont morts pour faire de l'Algérie, une référence en matière de lutte et de sacrifice. Aujourd'hui, le combat du FLN et de l'ALN a donné ses fruits, en faisant de l'Algérie un pays stable, doté de la plus puissante armée en Afrique et dans le Monde arabe, l'ANP. Garce à ses premiers diplomates révolutionnaires qu'étaient Krim Belkacem et Réda Malek, l'Algérie a donné à la diplomatie africaine et arabe ses meilleurs représentants à travers le travail accompli de ses ministres des Affaires étrangères depuis l'indépendance: Abdelaziz Bouteflika, Seddik Benyahia, Taleb El Ibrahimi, Lakhdar Ibrahimi et aujourd'hui avec Ramtane Lamamra, ont tous à leur manière marqué leur passage dans les arènes de la diplomatie internationale. Les dirigeants qui se sont succédé depuis l'indépendance ont marqué les esprits et l'Histoire par leurs décisions mémorables: Ahmed Ben Bella, Houari Boumediene, Chadli Bendjedid, Lamine Zeroual et aujourd'hui Abdelaziz Bouteflika. Après 60 ans du déclenchement de la révolution, l'Algérie poursuit aujourd'hui son combat pour la liberté et l'indépendance économique, politique et sociale des pays émergents et non-alignés.


l'Expression 

Agenda

November 2020
M T W T F S S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6