Enseignement technique

 La loi sur l’orientation dénoncée

El Watan 10/01/2008

La Coordination nationale des lycées techniques (CNLTT) exprime son « profond regret » quant à l’adoption de la loi sur l’orientation de l’éducation nationale par les deux chambres parlementaires.

De l’avis de cette coordination qui s’est réunie lundi à Alger, le ministre de l’Education nationale s’est procuré une assise légale pour parachever son démantèlement d’un pan essentiel de notre système éducatif. Dans un communiqué, cette coordination estime que « la tutelle a mis la charrue avant les bœufs en abrogeant ce texte de loi après plus de trois ans, mettant tout le monde, y compris les députés, dans une situation de fait accompli ». Et elle trouve dommage qu’une telle loi passe comme une lettre à la poste sans qu’il n’y ait un véritable débat. Abordant le sujet des enseignants du lycée technique Ibn El Haïthem d’Alger, la CNLTT considère que ces enseignants ont été mutés abusivement vers les lycées d’enseignement général. Pour cette coordination, la direction générale de l’éducation d’Alger-Centre avait décidé de les muter en se référant à l’article 21 bis qu’elle n’a même pas respecté puisque celui-ci stipule que les mutations pour des raisons de service se font après rapport motivé de la commission paritaire. La CNLTT tient, par ailleurs, à exprimer son « soutien indéfectible » aux diplômés de l’Ecole supérieure d’enseignement technique d’Oran (ENSET) qui, selon cette coordination, « sont victimes du plan de démantèlement de l’enseignement technique ». Selon la même source, « ces enseignants se sont retrouvés après leur formation universitaire dans une voie sans issue alors que leur recrutement devait se faire systématiquement ».  

par R. Bel

Agenda

July 2022
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31