Déplacement de Bouteflika a Tamanrasset

 Mobilisation des forces aériennes et 5000 policiers dépêchés du nord

Le Soir d'Algérie 07/01/2007

En raison de la conjoncture sécuritaire difficile dans le Sahel, la visite du président Abdelaziz Bouteflika à Tamanrasset s’annonce sous très haute surveillance. Des sources sécuritaires précisent que plus de 5 000 policiers du nord ont été rappelés et toute la flotte de l’armée de l’air réquisitionnée pour protéger le président dans son voyage.

C’est une visite qui s’annonce à la fois spéciale et essentielle étant donné la conjoncture que traverse la région selon les observateurs, car le président doit vérifier des réalisations qu’il avait promises dans le cadre du programme spécial Sud, d’autant que le compte à rebours pour le rendez-vous d’avril 2009 va bientôt débuter. «Un rendez-vous «gaspillant » tant d’argent car «à chaque fois qu’un avion décolle du nord vers le sud, c’est l’équivalent de 20 millions de centimes de carburant qui s’envolent, sans compter le dispositif sécuritaire déployé à l’occasion», de l’avis des observateurs qui notent avec étonnement le nombre de policiers rappelés du nord pour renforcer la sécurité du président afin que le scénario de Batna ne puisse se reproduire. La menace terroriste, dans la région sahélo-saharienne, focalise ces dernières années l’attention, que ce soit celle de l’Algérie, des États de la région, des autorités africaines ou encore de leurs partenaires stratégiques, tels que les Etats-Unis. D’ailleurs Alger n’a eu de cesse d’attirer l’attention de ses partenaires sur la vulnérabilité du Sahara à la menace terroriste, et avec le ralliement du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) au réseau Al Qaïda, la menace semble bien sérieuse.

Par ailleurs, il n’y a pas que cette menace à laquelle le cortège présidentiel pourrait faire face, il y a aussi le malaise observé chez la population de la région d’où les premiers mouvements de mécontentement de la population. Ouargla, Béchar, Djanet et Tamanrasset ont connu leurs premières émeutes. La colère tourne autour des mauvaises conditions de vie, du recrutement de la main-d’œuvre dans les structures pétrolières et du manque d’intérêt des pouvoirs publics pour le grand Sud. La disparité est bien relevée.  

par Ilhem B. Tir

Agenda

November 2020
M T W T F S S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6