Après le démenti d’Al-Qaîda

Qui a assassiné Bhutto ?

InfoSoir 29/12/2007

Après le démenti d’Al-Qaîdal L’ambiguïté sur les circonstances et sur les commanditaires de l’assassinat de Benazir Bhutto a créé une véritable guerre de déclarations entre l’opposition et le régime de Musharraf, surtout qu’Al-Qaîda a démenti toute implication dans cet acte.
La porte-parole de Benazir Bhutto a affirmé ce samedi à l'AFP que l'ex-Premier ministre tuée jeudi dans un attentat suicide, avait été touchée par une balle à la tête, assurant avoir lavé son corps avant l'enterrement.

«On ne pouvait même pas laver son visage correctement parce que la blessure à la tête suintait toujours, elle a perdu beaucoup de sang», raconte encore la porte-parole, qui a accusé le gouvernement de travestir la vérité sur la mort de Bhutto.
Mme Bhutto répétait à l'envi que le chef de l'Etat, qui venait d'être réélu pour un second mandat par les assemblées sortantes, tenterait de manipuler le scrutin pour se maintenir au pouvoir. «On a demandé aux responsables de l'hôpital de changer leur version, ils n'ont pas donné le rapport original» de l'autopsie, a accusé Mme Rehman.

Le soir même de l’assassinat de Bhutto, un de ses proches collaborateurs a affirmé que la version de sa mort, donnée vendredi par le gouvernement pakistanais, était «un tissu de mensonges». Le ministère de l'Intérieur a déclaré vendredi que Benazir Bhutto était décédée des suites d'une blessure reçue au moment de l'attentat, lorsque sa tête a heurté le levier du toit ouvrant de la voiture dans laquelle elle se trouvait, alors qu'elle tentait de se protéger de son agresseur. Le ministère a affirmé qu'on n'avait trouvé ni balle ni éclat de métal dans le corps de Benazir Bhutto. «C'est sans fondement. C'est un tissu de mensonges», a déclaré à l'AFP, le principal avocat de Benazir Bhutto et haut responsable de sa formation politique, le Parti du peuple pakistanais (PPP). «Deux balles l'ont touchée, une à l'abdomen et une à la tête», a affirmé cet avocat. «Le secrétaire personnel de Bhutto, Naheed Khan, et le responsable de son parti Makhdoom Amin Fahim se trouvaient dans la voiture et ont vu ce qui s'est passé», a-t-il dit. «C'est une perte irréparable et ils racontent des histoires avec de telles affirmations. Le pays va à la guerre civile», a-t-il dit.

Par ailleurs, des militants du Parti du peuple pakistanais (PPP), accusent «ouvertement» le pouvoir de M. Musharraf de l'avoir «tuée», au moins indirectement en lui refusant une sécurité appropriée alors qu'elle faisait l'objet de menaces «précises». Selon plusieurs témoins du drame et des images très floues diffusées par les télévisions, le kamikaze, ou un complice, a d'abord ouvert le feu avec un pistolet automatique en direction de Mme Bhutto qui saluait la foule par le toit ouvrant de sa voiture blindée, avant de faire exploser la bombe qu'il portait sur lui «Le levier l'a heurtée près de l'oreille droite et a fracturé son crâne», a déclaré le général Cheema. «On n'a pas trouvé de balle ni d'éclat de métal dans la blessure», a-t-il dit. «Le gouvernement affirme maintenant que Baitullah Mehsud est responsable», a déclaré M. Naik à l’AFP. «Où sont les preuves ?» «Elle a été emmenée à l’hôpital. Elle saignait. C’est une sérieuse défaillance de la sécurité», a-t-il ajouté. A l’heure où nous mettons sous presse, la question reste posée : qui a assassiné Bhutto ?  

par R. I. / Agences

Agenda

October 2021
M T W T F S S
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31