Dda Tameghra (II)

Pause chorba : Autant en emporte le…ventre

La Dépêche de Kabylie 17/09/2007

Seuls Mamou la croix et son frère Les deux poils sont restés à Alger. Le reste de la famille est à Ait R’gad. Taddart est plus réveillée que la cité des Dezdeg.

 

On a l’impression que Sidna Ramdan n’est qu’une rumeur, tellement le village est en effervescence. Fringué comme un isli digne de ce nom, le vieux H’mimi échange des amabilités avec ses hôtes dont Projet (c’est ainsi que l’on surnomme le maire du village) et Salah, le cousin rentré spécialement du sud d’Oman pour assister à Tameghra.

Le vieux Rezki, lui, est à l’écart. Il faut dire qu’il n’aime pas trop Projet. Lhasun, il a mieux à faire. Nostalgique qu’il est, il profite de cette Tameghra pour faire le plein de sa Kabylie. Le vieux Dezdeg ne vient pas souvent à Ait R’gad. Surtout depuis qu’il commence à ressentir les rhumatismes. Ses articulations l’avaient même empêché d’assister à tous les conclaves des ârchs, lui le délégué d’Alger.

Chaâbane le postier discute avec ses anciens camarades du FFCD. Ils essayent de le convaincre de réintégrer le parti unique kabyle. «Aheq Rebbi que nous avons changé. Nous cotisons, nous tenons nos congrès, nous excluons les mauvais militants et, plus important, nous avons toujours les mêmes chefs. N’est-ce pas le signe fort de la stabilité du FFCD», argumentent-ils.

Mina fait le tour du propriétaire et des alentours à la recherche du réseau. Elle inquiète. Elle ne s’imagine pas passer une journée son parler à Papich.
Idabbalen, le cadeau de l’apc des Ait R’gad, entame «huz, huz ay yamina…-»
Dda Tameghra invite les jeunes aux déhanchements. Aghebbar est tout de suite soulevé. Même le vieux Rezki se laisse emporter par l’air joué par idabbalen.
Le muezzin appelle à la rupture du jeûne. Son appel est étouffé par la musique.

T.Ould Amar  



Agenda

January 2022
M T W T F S S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6