Plus de 5 000 logements seront livrés avant la fin 2007

Le ministre de l'habitat l'a annoncé jeudi dernier

 La Tribune 22/09/2007

Plus de 5 000 logements seront livrés avant la fin 2007«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre notre objectif. Tous les moyens sont mis à la disposition des entreprises afin que les chantiers se terminent le plus tôt possible», a déclaré, jeudi dernier le ministre de l’Habitat, M. Nourreddine Moussa, lors de sa deuxième tournée sur les chantiers de l’Agence pour l’amélioration et le développement du logement (AADL) à Alger.

 

L’objectif est, rappelons-le, la livraison de 5 300 logements formule location-vente d’ici à la fin de l’année en cours, dont 5 000 inscrits au programme 2002 et les 300 restants dans celui de 2001. Il s’agit également de respecter l’engagement de la livraison des 300 derniers logements du programme 2001 (sur un total de 20 000 logements, dont 9 000 pour Alger) durant l’année 2008 et 10 500 logements inscrits dans le programme 2002 au cours de l’année 2008 et le premier semestre de l’année 2009. D’ailleurs, la nomination, en juin dernier, de Nourredine Moussa a été décidée dans un ultime espoir de réussir encore à honorer la promesse électorale du chef de l’Etat qui s’était engagé à réaliser un million de logements durant son deuxième mandat. Le nouveau ministre de l’Habitat, après avoir fait le point de la situation du secteur, a décidé de mettre en place des commissions d’audit et d’organiser des sorties hebdomadaires sur le terrain afin de booster les chantiers et de prendre en charge les problèmes que peuvent rencontrer les entreprises réalisatrices. D’ailleurs à Heuraoua, le premier site visité lors de la sortie d’inspection de jeudi dernier, les représentants de l’entreprise chinoise qui doit réaliser une partie de ce projet de 2 102 logements ont évoqué la rareté du ciment et sa mauvaise qualité. Le ministre, qui a promis d’essayer de faciliter l’approvisionnement, a interpellé les Chinois sur leur refus de laisser l’entreprise qui doit réaliser les VRD (voiries et réseaux divers) intervenir progressivement sur le chantier afin que des livraisons partielles puissent se faire. Ces derniers ont souhaité avoir un mois de délai avant le début des travaux de VRD.

M. Nourreddine Moussa ne le voit pas de cet œil : «Vous avez dix jours pour céder la place.» Dans ce site où le taux d’avancement des travaux est de 30%, pas moins de 580 logements devront être livrés d’ici la fin de cette année. Au niveau des Bananiers I où 1 602 logements inscrits dans le programme 2001 sont achevés et en cours de livraison, le ministre constate un problème de raccordement au réseau du gaz de ville. Il a alors demandé des explications au wali délégué. Ce dernier, rassurant, dira : «Il n’y a aucun problème, un PV a été établi. La cité va être raccordée à l’électricité.» Un des bénéficiaires de la cité a interpellé le ministre pour lui exposer certains problèmes de gestion : «Nous n’avons pas d’éclairage public, pas de sécurité et nos caves sont inondées.» La réaction du wali délégué a été un peu brutale et il a fallu un rappel à l’ordre subtil du ministre de l’Habitat pour calmer les esprits. «Il ne faut pas s’énerver», dit M. Nourreddine Moussa au wali délégué avent de se retourner vers le citoyen. «Nous allons prendre en charge. L’AADL fait ce qu’elle peut, elle le fait très mal, mais bon…», lâche le ministre qui venait, pour la première fois, de donner son avis sur cette agence. Il reprendra ensuite sa réponse à l’adresse du citoyen : «Pour la sécurité, ce n’est pas à l’AADL de l’assurer, mais je vous rappelle que le directeur général de la Sûreté nationale a promis d’assurer la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Les sites de l’AADL en font partie.»
Le ministre demandera par la suite aux cadres de Cosider, l’entreprise réalisatrice, les raisons de l’inondation des vides sanitaires. L’un d’eux dira que c’est un problème d’absence de regard de chute, un autre le contredira pour soutenir : «Il y a des regards de chute. Le problème, c’est leur encastrement. Nous pensons qu’il y a des fuites bilatérales. L’encastrement a été fait à la demande du maître d’ouvrage. Si des travaux doivent donc être refaits, c’est au frais de l’AADL.» Le ministre ne semble pas convaincu des explications : «Si les travaux ont été bien faits, il n’y aurait pas eu de fuites bilatérales. Il faut me régler le problème, je vous donne un délai d’un mois.» Avant de quitter ce site, le ministre, déçu de constater qu’un immeuble qui a été construit depuis deux ans et non livré à cause du retard dans la réalisation des autres immeubles, commence déjà à être délabré, a ordonné qu’il soit repeint. Le site des Bananiers II où la construction de 754 logements a été finalisée par l’entreprise chinoise CSCEC a également été visité par le ministre. Aucun problème n’a été signalé dans ce site dont les 390 logements restants vont être livrés aux bénéficiaires dans les quinze prochains jours.

22 mois de réalisation pour Bachdjarah et 10 pour Draria
A Bachdjarah, un rassemblement des bénéficiaires, des banderoles en mains, a accueilli le ministre. Ces derniers ont interpellé M. Nourreddine Moussa sur l’arrêt du chantier depuis plus de trois ans. En effet, plusieurs contrats ont été résiliés pour ce chantier qui a vu se succéder des entreprises algériennes, turque et libanaise sans être achevé. Depuis le mois de juillet dernier, c’est la CSCEC qui a repris le chantier pour réaliser 580 logements, dont dix blocs n’ont pas encore été entamés. Les Chinois ont prévu 22 mois pour la réalisation de ce projet. «Nous devons poursuivre les travaux des 12 blocs entamés avec la technique utilisée par l’entreprise qui nous a précédés. Il s’agit de la technique du tunnel-coffrage qui demande plus de temps. Pour les 10 autres, nous allons travailler avec la méthode traditionnelle», ont expliqué les cadres de la CSCEC. «Est-ce qu’en Chine vous utilisez juste le traditionnel ? Vous avez de nouvelles techniques… pourquoi ne pas les utiliser», s’interroge le ministre avant de lâcher : «22 mois, cela ne m’arrange pas.». Les cadres chinois reconnaissent que, dans leur pays, la technique tunnel-coffrage est utilisée «mais elle est différente». «Expliquez-nous votre façon de faire et nous étudierons ensemble la faisabilité», dit encore le ministre. Les cadres de la CSCEC ont informé, par la suite, M. Nourreddine Moussa que le chantier de Bachdjarah n’était alimenté ni en eau ni en électricité.
M. Bendaoud, un des cadres de l’AADL, chargé du suivi des chantiers, a de suite affirmé que ce problème est pris en charge et qu’il sera réglé dans une semaine au plus tard. Avant de quitter ce chantier, le ministre insiste auprès de l’entreprise chinoise pour que les travaux se terminent dans un délai de 18 mois. Aucun engagement n’a été donné mais une promesse d’accélérer la réalisation a été obtenue.

Au niveau de Boumati, où des Chinois ont repris le chantier après la résiliation du contrat avec les entreprises algérienne, puis, turque, pour la réalisation de 116 logements, un délai de 13 mois a été annoncé pour la réalisation des quatre bâtiments. A Ouled Fayet II, où 558 logements sont en cours de livraison, un problème de remontée des eaux a été évoqué. Le ministre demande les causes mais ne sera pas convaincu par les explications données. Il demandera aux représentants du bureau d’études de refaire une étude et de prévoir le drainage : «Essayez de trouver une solution technique autre que le pompage, en attendant d’effectuer le drainage.». A Draria, où la construction de 2 499 logements est programmée, le taux d’avancement n’est que de 30%. Deux entreprises s’attellent à terminer ce chantier qui a connu plusieurs résiliations également. L’entreprise Guangsha, qui a repris une partie du chantier en fin 2006 pour la réalisation de 1 107 logements dans un délai de 20 mois, est en retard sur son engagement. Les cadres de cette entreprise chinoise ont évoqué des coupures fréquentes d’eau et d’électricité. «Il faut avoir un groupe électrogène et une bâche d’eau», fait remarquer le ministre avant d’interpeller le wali délégué pour veiller à ce que ces conditions s’améliorent. L’entreprise libanaise, qui a à sa charge la réalisation de la deuxième partie du site de Draria, s’est engagée à terminer la réalisation en juin 2008.

H. Y.


l Un million de logements d’ici à 2009 : c’est lancé

Pour la réalisation d’un million de logements, comme annoncé par le président Abdelaziz Bouteflika lors de la campagne électorale pour la présidentielle de 2004, de nombreux chantiers ont été lancés. M. Nourreddine Moussa a expliqué que 330 000 logements étaient déjà en cours de réalisation et que 690 000 ont été inscrits, dont 120 000 sociaux locatifs, 215 000 sociaux participatifs, 275 000 ruraux et 80 000 location-vente. «350 000 logements ont été livrés à la fin juin 2007, 500 000 sont en cours de réalisation», ajoute-t-il en affirmant que tout est fait pour que la cadence s’accélère.

l AADL-CNEP : 11 000 logements lancés en dehors d’Alger

Des 65 000 logements formule location-vente, 11 000 ont été lancés dans différentes wilayas du pays. A la question de savoir si ce programme sera finalisé dans le cadre du million de logements, le ministre a déclaré que la CNEP a choisi une nouvelle démarche, «celle de faire une bonne étude de terrain avant le lancement de son projet alors que d’autres entreprises négligeaient l’étude, faisant ainsi face à de nombreux problèmes». Il confirmera par ailleurs qu’aucun programme n’a été lancé pour la capitale : «Il y a un problème de foncier qui se pose.» Rappelons que la CNEP avait annoncé le lancement prochain d’un chantier à Alger (Rouiba) pour la réalisation de 5 000 logements.

l 100 milliards de dinars pour la réfection du parc immobilier national

«Nous accordons beaucoup d’importance à l’entretien des cités et à leur gestion. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de la tenue, à partir de dimanche prochain (demain, ndlr) d’ateliers qui regrouperont des experts, des spécialistes, des locataires et les cadres de l’AADL et du ministère afin de trouver ensemble la meilleure formule pour la gestion des cités. C’est important de veiller à l’entretien de notre nouveau parc immobilier. Pour améliorer l’état de l’ancien parc, l’Etat a déboursé 100 milliards de dinars en 2007», a déclaré Nourreddine Moussa en marge de la visite.

l La sous-location sera rattrapée par la loi

M. Nourreddine Moussa a soutenu, en réponse à une question sur le cas des bénéficiaires qui louent leur logement AADL ou qui le vendent, a affirmé que «l’Etat veille à ce que la loi soit respectée. Nous n’arrivons pas encore à démasquer tous les cas mais ces derniers seront rattrapés par la justice».
 

par Hasna Yacoub

Agenda

August 2022
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4