Internet au travail, un fléau ?

 Internet au travail, un fléau ?Qui ne l’a jamais fait? Un petit courriel à un ami, vérifier la température qu’il fera ce week-end ou encore aller visionner le dernier clip des Têtes à claques; tout ça sur les heures de travail. Que pensez de ça? Les patrons doivent-ils être tolérants ou devraient-ils s’attaquer au problème de front ?

En tout cas, il y a 27 employés de la ville de Québec qui auront l’occasion d’y réfléchir pendant les prochains jours. Ils se sont fait prendre à voler du temps à leur employeur en utilisant de façon inappropriée et abusive leur accès à Internet. Résultat : les sanctions vont de la lettre de réprimande à la suspension pour un an.


Moi je crois que ces sanctions sont parfaitement méritées. Je ne dois pas être le seul, car même leur syndicat a décidé de ne pas intervenir, la cause étant jugée indéfendable. Il est évident qu’un employeur ne peut pas tolérer une perte de temps aussi flagrante. Si un employé perd 5 minutes par jour sur Internet, imaginez combien une entreprise de 200 employés pourrait perdre d’argent au bout d’un an.

Le développement du réseau Internet a été si extraordinaire au cours des dernières années que certains employeurs n’ont pas encore eu le temps de s’adapter. Mais ils devront le faire. Je crois que c’est d’abord et avant tout leur responsabilité de filtrer l’accès à Internet. Avec les logiciels qui existent aujourd’hui, ce genre de chose ne devrait pas arriver.

C’est bien beau de croire que tout le monde est parfaitement honnête, mais ça ne correspond pas à la réalité. Tous les ordinateurs du secteur public devraient être dotés de logiciels qui filtrent et bloquent l’accès aux sites qui ne sont pas en lien avec le travail. Je suis convaincu que c’est un investissement que tous les contribuables accepteraient de faire. Ça éviterait de se faire voler du temps et d’être obligé de sanctionner des employés. Je suis tout à fait d’accord avec les sanctions imposées, mais je crois que la ville a quand même une certaine responsabilité là-dedans. Je trouve ça négligent de fournir un accès Internet sans filtre à des travailleurs sur les heures de bureau. Tout le monde sait qu’il y aura toujours un Adam pour succomber à la tentation d’aller se faire des amis sur Facebook ou lire le merveilleux blogue La tête à Papineau.

L’Internet au travail n’est probablement pas encore le fléau que j’annonçais dans mon titre. Il y a encore plusieurs personnes qui ne verraient aucune utilité à se servir d’Internet au boulot. Par contre, quand les jeunes qui sont nés en même temps qu’Internet arriveront sur le marché du travail, le problème risque assurément de s’amplifier. C’est donc important que les employeurs, surtout dans le secteur public, utilisent les outils disponibles pour éviter ce genre de situation. Bien souvent, ça coûte moins cher de prévenir que de guérir …
 

par Emmanuel Simard

Agenda

September 2021
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3