Disparu depuis dix jours, le corps de Farid a été découvert hier

Assassiné et jeté dans un puits !

La Dépêche de Kabylie 18/11/2007 Disparu depuis dix jours, le corps de Farid a été découvert hier

Farid, âgé d’à-peine 4 ans a été assassiné par son ravisseur puis jeté au fond d’un puits, à quelques centaines de mètres de la demeure de ses parents.
Pourtant, les services de sécurité et les villageois d’Izanouthène, où habitait le petit, ont passé la région au peigne fin et ont ratissé bois et ruisseaux depuis ce fameux 7 novembre au soir, jour de la disparition de Farid.

D’après les informations en notre possession, l’enfant disparu faisant suite à l’arrestation, hier à l’aube de l’auteur présumé du rapt et du meurtre, lequel aurait avoué aux gendarmes et son crime et l’emplacement du corps du petit. Sur la base de ces éléments, les gendarmes et les éléments de la Protection civile se sont immédiatement rendus sur le lieu indiqué par l’assassin présumé pour y effectuer la macabre découverte.

Le corps frêle de Farid sombrait au fond d’un puits de trois mètres de profondeur. Certains témoignages affirment que son ravisseur ( comble de la barbarie ! ) a même pris le soin de l’attacher à une grosse pierre pour éviter que le corps remonte à la surface. Toujours selon ces témoignages, l’auteur de cet acte abominable n’est autre qu’un voisin de la victime. Répondant aux initiales de B. R., et âgé d’une trentaine d’années, ce jeune homme a été suspecté par les villageois dès les premières heures de la disparition de Farid, et ce, pour une multitude de raisons. D’abord, parce qu’il connaissait le petit et sa famille, ce qui laisse supposer qu’il maîtrise parfaitement les horaires de Farid et les endroits qu’il fréquente dans et aux alenteurs du village. Ensuite, parce que le mis en cause est connu dans son entourage pour être un délinquant aux multiples démêlées avec la justice, et puis, et surtout, ajoutent les villageois, parce que le jeune était également introuvable lors de la disparition de l’enfant. Les indices sont donc nombreux mais pas suffisamment accablants pour imputer le crime à B. R. Mais les gendarmes l’ont gardé sous étroite surveillance et ont concentré toutes leurs investigations sur lui jusqu’à son arrestation. Une arrestation, faut-il le rappeler, qui a abouti à la découverte du corps suite aux aveux faits par le mis en cause.

Colère et indignation

Dans l’après-midi d’hier, des citoyens du village d’Izanouthène et de nombreux anonymes se sont regroupés devant l’entrée de la morgue du CHU de Tizi-Ouzou où était déposée la dépouille du petit. La nouvelle de son assassinat a fait le tour de la ville et des villages environnants. Les mines défaites, les regards, les villageois n’attendaient qu’une chose : qu’on leur remette la dépouille du petit et enterrer cette frêle silhouette qui a trop souffert pour un repos éternel. “Il est totalement décomposé, ça fait quand même plusieurs jours qu’il est sous l’eau du puits ! Laissez-nous le prendre en sérénité s’il vous plaît...!” assène un voisin de la victime à l’adresse de quelques citoyens venus jeter un dernier regard à la dépouille mortelle de Farid. Dans cette expression spontannée, comme sur tous les visages qu’on a croisé aux alentours de la morgue, se lit un franc sentiment de tristesse, de colère et d’incompréhension. Un silence agaçant règne en maître des lieux, même lorsque le corps est mis dans un fourgon pour quitter l’hôpital.

L’on ignore, pour l’heure, combien de temps Farid était resté vivant après son rapt, et s’il a, oui ou non subit des sévices sexuels. Le vrai mobile du crime n’est toujours pas élucidé, mais on en saura certainement plus, suite au rapport d’autopsie qui sera effectué aujourd’hui. C’est également aujourd’hui qu’auront lieu les obsèques de Farid Dali. Il n’était âgé que de 4 ans !...
 

par Ahmed B.

Agenda

November 2022
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4