Alors qu'il est largement consommé en algérie

 Le pain blanc dangereux pour la santé

Le soir d'Algerie 26/09/2007

Le pain blanc est dangereux pour la santé, c’est ce que s’accordent à dire aussi bien les médecins que les fabricants eux-mêmes de ce produit. Toutefois la baguette, pain amélioré ou pain blanc est largement consommée en Algérie, selon une habitude alimentaire héritée du temps de la colonisation et bien ancrée dans la société algérienne.

Le Comité national des boulangers a entamé une campagne de sensibilisation appelant la population à une consommation massive du pain traditionnel. Cette initiative invite ni plus ni moins à réduire l’achat de la baguette française. Cet appel est dicté, selon le Comité national des boulangers aussi bien pour des raisons de santé que pour des raisons économiques. Pour la fabrication du pain blanc, une farine très raffinée est nécessaire. «Cela veut dire que toute l’enveloppe de la graine est rejetée et que 40 à 45 % des éléments nécessaires ont une bonne qualité de pain sur le plan nutritionnel sont rejetés et peuvent engendrer des problèmes de santé. Les données scientifiques concernent le fait que la partie du grain de blé la plus riche en sels minéraux, vitamines et fibres se trouve justement sur l’enveloppe externe du grain», précise M. Hentour président du Comité national des boulangers. Ceci, sachant que les vitamines du groupe B, importantes pour le corps humain sont concentrées dans l’enveloppe et dans le germe.

Aussi, pour le pain blanc la farine de type 55 utilisée est particulièrement faible en minéraux. Les médecins évoquent de ce fait bon nombre de maladies gastriques favorisées par une consommation quasi exclusive de ce type de pain. Les spécialistes sont catégoriques, les farines sont classées par types et plus ces derniers sont élevés moins la farine est blanche et plus la teneur en vitamines et en sels minéraux augmente. En fait, la «baguette est loin d’être idéale sur le plan nutritionnel alors que les Algériens, mal informés, continuent de la consommer massivement», souligne M. Hentour. Selon le comité, l’Algérie occupe la première place au monde en matière de consommation de céréales et plus particulièrement le pain. La consommation moyenne dépasse les 500 grammes par jour et par habitant. 14 000 boulangers environ et plus de 300 meuniers répondent à cette demande. Ceci alors que la totalité des besoins en blé tendre est importée et représente un peu plus de 5 MT par an. La fabrication du pain blanc nécessite aussi des additifs chimiques ou améliorants ainsi qu’une importante quantité de levure.

Concernant ce dernier point, le président du comité des boulangers est clair : «Nous ne savons pas en fait ce que nous utilisons comme améliorants, vu que notre marché est une vraie passoire. Et nous, en tant que boulangers, nous ne sommes pas en mesure d’effectuer un contrôle sur le produit en dépit du fait que le fabriquant met sa formule des additifs en évidence.» Selon M. Hentour au niveau des pays européens, ces produits sont délaissés de plus en plus et la tendance tend vers le retour au pain traditionnel. «Lors de notre participation au Mondial 2006 du pain, nous avons retrouvé la même tendance du retour vers le pain traditionnel en France». Devant cette situation, M. Hentour rappellera que le Comité national des boulangers a lancé une campagne de sensibilisation depuis deux années et dont le but est la promotion du pain traditionnel. Selon notre interlocuteur, la consommation de ce type de pain est devenue non seulement une nécessité diététique et nutritionnelle mais contribue aussi à la réduction de la facture de l’importation du blé qui atteint actuellement 70 % des besoins nationaux. Ceci, en plus du fait que la fabrication du pain traditionnel nécessite un matériel simple fabriqué localement qui est le four à dalles alors qu’actuellement les fours utilisés, selon M. Hentour, coûtent 2 milliards de centimes. Ainsi, le pain dit noir ne nécessite pas de matière première importée.

Interrogé sur le fait que ce type de pain coûtera plus cher que la baguette, notre interlocuteur dira que la demande existe toutefois puisque le consommateur algérien va de plus en plus vers la consommation de pain traditionnel comme le fameux «metlou » vendu dans bon nombre de supérettes. M. Hentour évoquera ainsi une expérience lancée en collaboration avec les meuniers en vue de préparer un pain bénéfique pour la santé avec la farine adéquate. Certains boulangers se lancent dans la fabrication de ce pain complet avec de la farine à l’orge et au seigle. Le président du Comité des boulangers soulignera en outre la nécessité de la sensibilisation des autorités sur la consommation d’un pain nocif pour la santé et «qui constitue un problème de santé publique», dira-t-il précisant qu’avec la fabrication du pain traditionnel, une économie de 20 a 30 % peut être faite sur la facture d’importation du blé.
 

par F. Zohra B.

Agenda

November 2022
M T W T F S S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4