Le projet ne sera pas livré avant juin 2010

Ce que l’on ne vous a pas dit sur l’autoroute Est-Ouest

Ce que l’on ne vous a pas dit sur l’autoroute Est-Ouest

Ce projet du siècle suscite les convoitises. Les multinationales Shell et Naftal sont à l’affût.

Le projet du siècle, l’autoroute Est-Ouest, longue de 1 216 kilomètres, permettant d’effectuer le trajet de Tlemcen à la frontière tunisienne en 10 heures fait face à la coriace bureaucratie algérienne. Contrairement aux annonces du ministère des Travaux publics selon lesquelles l’autoroute Est-Ouest sera prête avant les délais, c’est-à-dire à l’échéance de janvier 2010, elle connaîtra en fait un retard d’au moins six mois.

En effet, les appels d’offres pour les équipements d’accompagnement ne sont pas encore lancés, a-t-on appris de sources sûres concordantes. En un mot, la sélection des entreprises chargées de la réalisation et l’exploitation des stations-services, d’aires de repos et de relais routiers prendra au moins quatre à six mois, entre le lancement de l’appel d’offres, l’ouverture des plis, l’approbation des résultats par la commission nationale des marchés et l’ordre de services. Or, les délais de réalisation d’une station-service, confient des sources concordantes, sont au minimum d’un an, un an et demi. Faites vos comptes.

Les raisons de ce retard sont une insuffisante planification de l’ensemble des travaux. On a surtout longtemps hésité sur les modalités d’attribution de ces marchés. Un texte vient juste d’être adressé aux décideurs. Cet attentisme masque l’absence de consensus dans les sphères du pouvoir sur la cession des concessions. À qui attribuer ces équipements ? Il faut voir les raisons des tergiversations dans la rentabilité du projet. “C’est de l’or en barre qui suscite la convoitise de certains hauts placés”, explique-t-on.


Or, sans ces équipements, l’autoroute Est-Ouest ne sera pas fonctionnelle. “Une autoroute sans stations-services, aires de repos et relais routiers n’est pas une autoroute”, lance un responsable du secteur. Si face à cette sérieuse difficulté, on décide le sans-péage, les automobilistes seront contraints de parcourir des dizaines de kilomètres supplémentaires pour s’approvisionner auprès de stations-services d’agglomérations limitrophes. Avec le péage, on ne peut recourir à ce palliatif. Cette absence d’équipements d’accompagnement pendant au moins le 1er semestre 2010 constituera un véritable casse-tête chinois. Les automobilistes devront encore patienter et se méfier de ces annonces récurrentes d’achèvement des travaux avant les délais.

Même s’il faut reconnaître que le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a effectué un travail titanesque pour que les travaux de réalisation de cette autoroute avancent. On est à 75% d’avancement, a-t-il martelé à plusieurs reprises. Mais ce chantier du siècle nécessite une coordination entre différents secteurs et surtout un suivi périodique de la part du chef de l’État et du Premier ministre pour que ce projet soit achevé avec les équipements d’accompagnement dans les délais. Mais il est déjà trop tard. Et une hirondelle ne fait pas le printemps. Il ne reste qu’à limiter cette perte de temps qui va occasionner au Trésor public un important préjudice.

Il convient de noter que Naftal envisage de s’impliquer dans la réalisation de stations-services. Son P-DG, M. Saïd Akretch, a, en effet, manifesté l’intérêt de son entreprise pour ce marché. “Naftal nourrit l’ambition légitime, en qualité de leader national de la distribution des produits pétroliers, de se positionner sur les 1 216 km dédiés à ce projet, à travers des stations-services de haut standing, répondant aux strictes normes et exigences internationales”, a-t-il déclaré. Les multinationales Total et Shell sont également à l’affût. La compagnie pétrolière française projette de réaliser ou d’acquérir 70 stations-services. L’autoroute Est-Ouest pourrait être le tête de pont de ses activités de distribution de détail en Algérie. Il reste que Total conditionne son engagement dans le marché algérien par l’augmentation des marges des exploitants de stations-services.

Enfin, rappelons que les travaux actuels portent sur la réalisation de 900 km d’autoroute traversant 19 wilayas. Les tronçons centre et ouest ont été confiés au groupement chinois Citic-CRCC, le tronçon est au consortium japonais Cojaal. Les travaux achevés ou en cours d’achèvement portent, eux, sur 300 km. D’un coût de 11 milliards de dollars, le projet doit s’intégrer à l’autoroute maghrébine.  

LIBERTÉ

Agenda

September 2022
M T W T F S S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2