Dades : Le Congrès Mondial Amazigh demande à l’ONU d'intervenir au Maroc

 Dades : Le Congrès Mondial Amazigh demande à l’ONU d'intervenir au MarocMesdames, Messieurs,

Depuis de nombreuses années, le mouvement associatif amazigh des territoires du sud-est du Maroc appelle l’attention des autorités gouvernementales sur l’état de marginalisation socioéconomique de la région et ses conséquences dramatiques sur les conditions de vie des populations. Les villes et villages manquent cruellement d’infrastructures de base (routes, électrification, eau, écoles, etc) et la langue amazighe est exclue du système éducatif et des administrations.

Afin de se faire entendre par les plus hautes autorités de l’Etat, les populations de la région se sont coalisées au sein de la Coordination régionale Ait-Ghighuch et ont initié au cours de l’année 2007, plusieurs marches de protestation pacifique dans plusieurs localités, notamment Boumaln-N-Dades, Msemrir, Tilmi, Kalaa N Mgun, Zagora, Nqub, Tazzarine, etc. Devant le silence obstiné des autorités, les citoyens ont poursuivi et élargi leur mouvement de protestation à d’autres villes et villages.
Lors du rassemblement populaire qui a eu lieu le 6 janvier 2008 à Boumaln-N-Dades, les autorités ont décidé de réagir non pas pour entamer un dialogue constructif avec les citoyens mais pour les réprimer avec une extrême violence. Les personnes présentes dans le rassemblement ont été attaquées et frappées avec une grande brutalité par les forces combinées de la gendarmerie et des forces auxiliaires. Les citoyens ont été poursuivis jusque dans leurs domiciles et même dans les internats des lycées.

Cette intervention d’une rare agressivité était précédée de provocations de la part d’agents du Makhzen (services marocains) habillés en civil, qui se sont mêlés aux manifestants et se sont mis à jeter des pierres sur les forces de l’ordre, leur donnant ainsi le motif et le signal pour attaquer les citoyens. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées et une quarantaine de personnes arrêtées, dont 10 ont été transférées à la prison de Werzazate.
Les personnes arrêtées sont accusées abusivement d'entrave à la circulation, atteinte au drapeau national et rassemblement armé sur la voie publique et présentées devant le juge d’instruction près le tribunal de Werzazate.

Au vu des circonstances dans lesquelles se sont déroulés ces événements, le Congrès Mondial Amazigh déclare :

- son total soutien aux populations du sud-est du Maroc et à l’ensemble de leurs revendications socioéconomiques et identitaires,
- sa ferme condamnation des méthodes de répression violente exercées par les forces de sécurité marocaines,
- son exigence de libération immédiate des détenus arrêtés à Boumal-n-Dades et incarcérés à Ouarzazate et la fin des abus de pouvoir et la marginalisation des régions amazighes. Le gouvernement marocain doit entamer un dialogue transparent et sincère avec les représentants des populations en vue d’améliorer leurs conditions de vie.

Le Congrès Mondial Amazigh prie instamment les responsables des différents organes compétents des Nations Unies, d’intervenir dès que possible auprès des autorités marocaines afin de protéger les populations contre tout acte ou décision arbitraires.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de notre considération distinguée.


B. Lounes
Président du CMA

Liste des détenus à la prison de Ouarzazate :

1-Ait Said Moulay Brahim Ben Lahsen
2-Abdenacer Cherif Ben Brahim
3-Oubaali Elhoussein Ben Mohamed
4- Atil Mestafa Ben Lahcen
5- Elouardi Mestafa Ben Mohamed
6-Orouzane Brahim Ben Mohamed
7-Ait Hssein Mohamed Ben Idir
8 -Mimoun Chaouki Ben Lahsen
9-Oudali Younes Ben Mohamed
10- Adjik Noureddine (mineur)
 

par B. Lounes

Agenda

September 2021
M T W T F S S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3