Polémique autour d’une fresque

Aïn El Hammam

La Dépêche de Kabylie 12/09/2007

Polémique autour d’une fresque Da Kaci appartient à tous et ne doit pas être considéré comme étant la “propriété” d’Agouni n’Teslent, seulement. Par le biais d’une fresque ou tout autre moyen permettant de perpétuer son souvenir, les autorités doivent lui donner la place qu’il mérite et éviter “une affaire”, là où il n’y en a pas.

Démantelée, il y a plusieurs mois, par l’APC d’Aïn El Hammam, pour la déplacer vers un autre quartier, la fresque représentant “Da Kaci Boudrar” vient de refaire son apparition, sous un nouveau jour. Lundi matin, les habitants du village Agouni n’Teslent, dont est originaire l’artiste, sont venus en masse se réappropier les lieux pour y installer le panneau qui ne devait jamais en être extrait. Auparavant, ils avaient pris soin de récupérer l’ancien support pour y peindre un énorme portrait de celui qui a égayé tant de fêtes jusqu’à son dernier souffle. Da Kaci Boudrar, vient d’être “réinstallé” au beau milieu de la place d’Aïn El Hammam et des environs. Les mariages animés par ce tambourineur, hors pair, avaient un cachet particulier et les danseurs ne se faisaient pas prier pour un tour de piste au rythme du tambour du maître. Le seule évocation du nom de Kaci Boudrar suffit aux Micheletois pour se remémorer tous les moments de bonheur qu’il leur a apportés, durant sa longue carrière. Celle-ci, pour rappel, l’a mené en dehors des frontières où nos émigrés l’emmenaient à l’occasion de fêtes familiales tout comme il a représenté l’Algérie à différentes occasions sur la scène internationale. Sa façon de manier “Tiqwits” (la baguette) sur le Tbel (Tambour) font de lui un virtuose en la matière que les gens s’arrachaient non seulement pour son art, mais aussi pour sa modestie et son affabilité dans la vie de tous les jours.

Da Kaci appartient à tous et ne doit pas être considéré comme étant la “propriété” d’Agouni n’Teslent, seulement. Par le biais d’une fresque ou tout autre moyen permettant de perpétuer son souvenir, les autorités doivent lui donner la place qu’il mérite et éviter “une affaire”, là où il n’y en a pas. C’est finalement “une façon de remettre les pendules à l’heure”, nous dira Zoulim, le premier vice-président d’APC qui a montré sa disponibilité, envers les jeunes d’Agouni n’Teslent. C’était aussi une façon de désamorcer “cette tension” qui se faisait grandissante depuis que le portrait a été démantelé. Ce qui n’a pas été du goût de ses fans du village qui voyaient dans cette action, une sorte de mépris envers l’artiste, et par conséquent envers les siens. Depuis lundi, le vide vient d’être comblé et l’espace égayé par un portrait aussi beau que nature qui trône en plein centre-ville.  

par Nacer B.

Agenda

May 2022
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5