Voile traditionnel

De plus en plus délaissé

 Voile traditionnel, de plus en plus délaissé Si dans certaines régions d’Algérie, de nombreuses femmes portent encore le voile traditionnel, dans d’autres, surtout dans l’Algérois, le haïk mrema (un tissu satiné ou carrément en satin ou en soie qui couvre le corps) et laâdjar (le bout de tissu bien brodé qui couvre le visage de la femme), ont complètement disparu. Pourtant, jadis, il faisait leur beauté et sensualité ; aujourd’hui considéré comme démodé, il est remplacé par un “patchwork” de tenues importées d’ailleurs.

El-haïk mrema ouelâadjar, mlaya noire, el-ksaa, melh'fa, tissaghnest, bouaâwina et la fouta kabyle sont les habits traditionnels (voile traditionnel des femmes algériennes), qui ont reflété pendant des années la personnalité algérienne. Aujourd’hui, si dans certaines régions de l’Algérie, de nombreuses femmes portent ce fameux voile, dans d’autres, surtout dans l’Algérois, le haïk mrema (un tissu satiné ou carrément en satin ou en soie qui couvre le corps) et laâdjar (le bout de tissu bien brodé qui couvre le visage de la femme), habit traditionnel typiquement algérois, ont complètement disparu. Porté par les Algéroises, le haïk faisait leur beauté et sensualité ; aujourd’hui, considéré comme démodé, “on ne le voit que rarement dans la rue, particulièrement à la Casbah d’Alger, dans les campagnes et les petits villages porté par des femmes d’un certain âge. J’aurais aimé que le haïk fasse toujours partie de nos traditions. Qu’il soit porté au moins par nos mariées. Actuellement, il est remplacé par la robe blanche”, nous racontera Noura, une mère de quatre filles. “Ma fille aînée est fiancée. Sa belle-famille lui a ramené un haïk dans son trousseau, et je suis très fière que ma fille sorte du domicile familial avec un habit traditionnel. Elle portera la robe blanche après.” “Je ne suis pas contre le hidjab ou autres habits, seulement, cela fait toujours plaisir de voir une femme avec un haïk et laâdjar qui nous font rappeler une époque lointaine, où les femmes étaient plus que belles avec cet habit qui marquait leur identité. Nous avons notre patrimoine que nous devons sauvegarder. Il y a certaines traditions dans les pays européens qui n’ont jamais disparu. Nous, nous préférons copier tout ce qui vient des autres pays.  Dernièrement, j’ai vu un tableau en France qui représente une femme voilée d’un haïk et laâdjer, j’étais ému”, nous dira Mohamed, jeune médecin. “Aujourd'hui, les femmes ont adopté le hidjab pour sa commodité, il leur permet de vivre leur vie libres de leurs mouvements ; avec le haïk, elles sont obligées de le tenir et de le retenir, ce qui n’est pas très commode pour la vie active. Mais nous devons le garder comme habit traditionnel dans les occasions telles que les mariages”, nous expliquera un autre jeune homme.

Khalti Fatoum est l’une des anciennes habitantes de la Casbah, âgée de 70 ans, elle n’a jamais renoncé à son haïk et laâdjer. “Mes filles ont beau essayer de me convaincre de porter le hidjab et de retirer laâdjar pour sortir, m’expliquant que je suis âgée, mais j’ai toujours refusé. Je porte cet habit depuis l’âge de 15 ans et je ne suis prête à l’enlever, jusqu’à la mort. Il y a beaucoup de femmes ici à la Casbah qui le porte ; nous exigeons que nos mariées le portent au moins le jour du mariage”, avouera-t-elle avec fierté. “Ma mère continue toujours de porter son haïk mrema pour les mariages. Elle le porte si bien que je suis constamment  ému”, nous dira un jeune homme. Pourtant, il nous reste toujours l’opportunité d’admirer ce voile puisqu’il nous arrive encore de remarquer, dans un souk ou dans une rue, ces rares silhouettes blanches se faufilant, de manière gracieuse et fière, au milieu de la foule, nous rappelant ainsi notre identité et notre histoire qu’il ne faut pas effacer.

Rencontrée au bord de la mer, Houria est une jeune étudiante à l’université de Boumerdès. “Beaucoup de femmes au centre-ville de Boumerdès et aux alentours portent le hidjab. Chacune à sa façon bien sûr. Il n’y a pas de tenue traditionnelle propre à la région. Je pense que chaque chose à son temps. L’essentiel est de porter un habit de ‘vertu’ et de pudeur”.
D’autres témoignages nous révèlent également que la “mlaya” résiste encore dans  certaines régions de l’Est. “Je suis très content de constater que beaucoup de femmes à Sétif, Constantine et Annaba portent toujours la mlaya. Ça fait plaisir de se sentir chez soi et pas dans un pays du Moyen-Orient, mais c'est vrai que l'utile a tué le traditionnel et la culture algérienne”, selon Malik, natif de Sétif.

Le haïk à Oran est  nommé “el-ksaa” ; contrairement aux jeunes femmes, les plus âgées le portent toujours. “C’est un honneur et un plaisir pour nous de voir une femme porter el-ksaa ; c’est une façon de préserver notre tradition”, selon une mère de famille venue d’Oran. Elle soulignera également que “dans la wilaya de Mila, les vieilles et même les femmes mariées plus jeunes, sauf les femmes non mariées, portent toujours la mlaya”.
Pour les femmes du Sud algérien, le port de “tissaghnest” est primordial. La majorité des femmes sont voilées d’un long tissu de différentes couleurs qui couvre leurs corps. Pour les plus jeunes, c’est le hidjab. “Il est plus conforme, surtout pour les étudiantes”, nous dira-t-on. “bouaâwina” est une autre forme de voile que portent les femmes de Ghardaïa. “Nous ne pouvons sortir sans cet habit. Nous portons un haïk qui cache tout le corps et qui ne laisse apparaître qu’un seul œil. C’est notre tradition et aucune femme ne peut faire exception à la règle. Nous tenons à la préserver”, ont révélé une mère et sa fille habillées d’une kachabia, foulard et surtout laâdjar, l’élément le plus important.

LIBERTÉ

Agenda

May 2022
M T W T F S S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5